ACCUEIL

Mobilisé-es et toujours aussi déterminé-es

Il faut poursuivre et étendre la grève partout, jusqu’au retrait !



Après les cheminots, la RATP, les ports et docks, dans les professions, le rejet s’enracine, tout comme à l’opéra de Paris, chez les avocats, la mobilisation et la grève continuent, elle s’étend à de nouveaux secteurs, les experts comptables, qui appellent à la grève des comptes de campagne. Notre intersyndicale le réaffirme : c’est dans toutes les professions qu’il faut généraliser la grève pour gagner. Cela passe, partout, par l’organisation d’assemblée générale, par la décision de la grève.


Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FSE et UNEF se félicitent de l’importance des mobilisations pour le retrait du projet de réforme des retraites du Gouvernement. Le soutien de la population au mouvement social s’amplifie, des initiatives unitaires sont prises sur tout le territoire, les journées de grèves et de manifestations du vendredi 24 et du mercredi 29 janvier ont encore rassemblé des centaines de milliers de personnes. C’est la preuve d'un rejet massif du projet du Gouvernement.


L’avis du Conseil d’État est un désaveu cinglant à la stratégie gouvernementale. Cette réforme est décidément injuste et dangereuse. Il confirme nos analyses d’une réforme qui méprise les formes réglementaires et législatives et, sur le fond, fait ressortir le flou du projet : et pour cause il s’agit de baisser les pensions et faire travailler plus longtemps, pour l’immense majorité des travailleurs. Il pointe les biais de l’étude d’impact et des 29 ordonnances auxquelles le texte du projet de loi renvoie comme autant d'éléments qui masquent la réalité de la réforme. Il contredit les engagements de compensation aux dégâts de la réforme que le gouvernement avait fait miroiter pour certain-es catégories.


Une mobilisation historique par sa force et sa durée, le soutien sans faille de l’opinion publique, l’avis du Conseil d’État : le projet de réforme des retraites n’a jamais été si fragile. Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, UNL appellent l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et à amplifier, dans tous les secteurs, la mobilisation dès maintenant et tout au long du débat parlementaire qui s’ouvre la semaine prochaine par des actions diversifiées : rassemblements, retraites aux flambeaux, dépôts d’outils symboliques des métiers, etc. Il n’y aura pas de trêve. Des actions de mobilisation sont déjà prévues la semaine prochaine. Le mercredi 5 février, les organisations soutiennent l’initiative de mobilisation des organisations de jeunesse et encouragent à rejoindre leur mobilisation à 14H devant la fac d’Art à Amiens.


Elles appellent à faire du jeudi 6 février une nouvelle journée interprofessionnelle de grève et de manifestations à l’occasion du début des travaux de la commission spéciale de l’Assemblée Nationale, avec un défilé à 14H devant la Macu à Amiens. Elles appellent à interpeller les parlementaires. Elles mettent en perspective des actions de mobilisation notamment la semaine d’ouverture des travaux à l’Assemblée Nationale et tout au long des débats parlementaires.



La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat !